LA TOLÉRANCE DES ANTIRÉTROVIRAUX


Les traitements contre le VIH (trithérapie, quadrithérapie) améliorent considérablement l'espérance de vie des patients infectés.

Mais des effets secondaires, des contre-indications et des interactions existent. Il ne faut donc pas employer un médicament sans en avoir parlé à son médecin.


Un des effets secondaires les plus fréquents est appelé lipodystrophie.

Il peut se produire quels que soient les médicaments utilisés (inhibiteurs de la transcriptase inverse ou inhibiteurs de protéases).

La lipodystrophie se manifeste par :

une modification de la répartition des graisses dans le corps :

 
les fesses, les pommettes, les tempes et les orbites se creusent,
la graisse sous-cutanée des bras et des jambes disparaît et rend les veines plus visibles,
et/ou le ventre, les seins et la nuque grossissent.

des troubles sanguins :

 

le sucre (glycémie) augmente, pouvant entraîner un diabète,

et/ou le cholestérol et les triglycérides augmentent, pouvant entraîner des risques cardiaques (surtout s'il existe d'autres facteurs de risques associés comme le tabac et l'hypertension artérielle).

D'autres troubles liés au traitement peuvent apparaître :

 
Troubles digestifs (nausées, diarrhées, etc.),
Eruptions cutanées,
Coliques néphrétiques,
Neuropathies périphériques,
Pancréatites,
Cytolyse hépatique,
Anomalies biologiques (anémie, neutropénie, etc.),
  Etc.


Ces troubles ne doivent pas toujours entraîner l'arrêt du traitement contre le VIH, mais ils nécessitent une surveillance rigoureuse par un médecin.

Les patients utilisant ces médicaments devront faire attention à leur alimentation et ne pas fumer.

Parfois, un traitement peut être proposé pour corriger les troubles sanguins.

Retour à la page précédemment visitée
Retour à la page d'accueil
Aller à la page suivante